Vite !Vite !  Sauver Kaboul  ... et nous avec !

 

 

Kaboul  c’est  6 millions d’habitants. Le grand Paris d’ Asie centrale. Avec toute la modernité  sociétale  qui nous plait.   Bien sûr ils n’ont pas encore de mariage pour tous les pantalons bouffant, ni même de mouvement #MeToo, mais ils ont des artistes, des journalistes, ....Bon pour ces derniers heureusement c’est en partie réglé. A Roissy,  Londres   Etats Unis ou  Allemagne, les avions atterrissant de Kaboul étaient  plein , Dieu merci , mis à part  les inévitables  infiltrés ,  vite repérés d’ailleurs et installés  à l ‘ hôtel en attendant bien  sûr de leurs  faire la première dose de vaccin , de  médias afghans ,  d’artistes, créateurs , intellectuels . C’est une chance. D’ici deux mois, dans les Relay Hachette on devrait ainsi avoir les premiers livres témoignages de violences sexuelles des talibans et des plateaux  télé avec les premiers experts en Afghantologie .

 

Pour autant , il  y a tous les autres qui sont bloqués , et que l’on peut encore sauver . Il reste 5 jours. Les 5 jours pour  l’honneur  de l’occident,  de l’ Europe  berceau des droits humains  et donc de   la France  patrie de   Gisèle  Halimi ,  Virginie  Despentes, Marlène Schiappa , madame Taubira,   toutes ces héroïnes qui  prou  plus que peu ont fait faire à l’humanité un grand bond en avant qu’il faut d’urgence concrétiser maintenant pour les afghans

 

Au plus pressé, il  y a les milliers de réfugiés à l’aéroport de Kaboul, attendant un visa. Là c’est simple, il suffit de faire au Conseil d’ Etat des milliers de référés liberté et en quelques heures c’est réglé. L’ Etat de droit français et le juge protecteur des libertés distribueront les visas. Maitre  Fabrice Di Vizio  par exemple, entre  deux recours sur le passe sanitaire , pourrait monter  vite un commando juridique « avocats sans frontières » et déposer à la chaîne des référés. Pour accélérer, Monsieur le ministre Moretti, après son parquet spécial à Marseille, pourrait  ,pourquoi pas , en urgence extrême monter une antenne  avancé du Conseil d’ Etat à l’aéroport de Kaboul . Si on est capable d’une médecine de guerre à Tahiti , en triant les malades, on peut inventer en une heure une justice de guerre pour trier les réfugiés de Kaboul.

 

En parallèle, sans attendre, le défenseur des droits doit décoller vite pour Kaboul, dans un des avions qui font la navette Roissy , Abou Dhabi , Kaboul. Il faut voir comment aussi  la Cour européenne des droits de  l’homme pourrait se mobiliser en raison de l’épuisement des réfugiés qui vaut bien l’épuisement des recours internes. Et  s’il y a des entreprises  européennes en Afghanistan, la Cour de justice de l’Union européenne doit vite trouver de quoi se prononcer sur le respect de la liberté de circulation du grand marché de Kaboul au  grand marché européen.

Tous nos moyens de nos Etats de droit doivent être mobilisés en ces heures  où se jouent nos  valeurs. C’est pour cela que le procureur de la Cour pénale internationale  doit envoyer un tweet au mollahs Abdul Ghani Baradar, arrivé depuis  samedi 21 août à Kaboul, pour diriger  l’émirat islamique, et au big boss taliban Haibatullah Akhundzada, Baradar, pour dire clairement : « Attention ! Nous avons été capable d’arrêter et d’emprisonner  à vie deux serbes isolés  dont un Radovan Karadzic

qui avaient fait des horreurs à vos frères de Bosnie,  donc , si   vous passez la ligne rouge de nos valeurs, nous réagirons.

 

C’est sûr les mollahs vont avoir peur de l’Etat de droit . D’autant que dans les heures qui viennent , on pourrait tenter de retrouver le juge Garzon en Espagne, le juge Moro  au Brésil, tous les juges anti maffia , anti dictateurs et avec Eva et Renaud en animateurs, ils pourraient vite tenter une task force  judiciaire  à compétence universelle de  mise en garde à vue conservatoire des mollahs. Bien sûr c’est puéril, mais l’essentiel c’est de s’agiter, de faire du média pour nos valeurs et notre Etat de droit

 

 Plus concrètement , BHL est  aussi un de nos derniers grands recours d’urgence,  surtout  avec son expérience de la Libye . Si c’est trop juste , pour qu’il fasse des photos là bas au  milieu  des jeeps , des hélicos, des drones, des chars, on peut vite aller dans le Cantal  ou dans les environs d’ Alméria. Il y a là des montagnes, qui peuvent rappeler l’ Afghanistan, et avec déjà en figurant les réfugiés qui sont arrivés ,on peut faire en  vitesse  des clichés et Paris Match sort en urgence  absolu  un numéro spécial : «  BHL la contre offensive ! «  .  Et on l’envoi ...sur tous les médias. Evidemment ça servira à rien. Mais notre Etat de droit , il sert  lui à quelque chose ? Et puis le soft power c’est tout  ça. Des choses qui ne servent à rien , quand les vrais combattants  déferlent et que l’ occident lui défile .

 

 

 Ah !  dans le désarroi actuel, , en attendant que Virginie Despentes sorte  plus tard une « taliban théorie » et que Leila Slimani nous refasse un Goncourt sur « les nuits de la burka » d’une grande bourgeoise ex-filtée  de Kandahar , il reste encore à tenter,  pour sauver les femmes Afghanes, la dernière opération : «  où est  angèla ». Oui  « Angèla » , cette technique qui nous était arrivée de Grande Bretagne évidemment . Quand  une personne  est menacée , elle rentre dans un bar ,une pharma , là où elle peut  et elle dit «  Ask for Angela”, ou “demandez Angela” en français. Et hop , on lui appelle un taxi .  Tranquille. Bien sûr c’est du Marlène Schiappa. Mais au  point où on en est à Kaboul , on n’est plus à une débilité près .

C’est d’ailleurs  le miracle de Kaboul. Maintenant l’occident sait qu’il vit en dehors de la réalité.